News

Equipe de France féminine : une première pierre et des questions !

Equipe de France féminine : une première pierre et des questions !

Le staff de l'équipe de France féminine de Roller Derby vient de publier un document détaillant le programme de l'année à venir. S'il soulève des question, le document constitue une véritable lancée positive pour la future équipe de France. L'équipe de 5seconds vous livre son analyse.

L'histoire retiendra que l'Équipe de France féminine de roller derby a posé ses premières fondations le lundi 26 octobre 2015 avec la publication de son mode de fonctionnement.

Après une première lecture, on peut d'ores et déjà souligner la volonté du staff de moderniser les méthodes de recrutement. C'est un staff qui a la Coupe du Monde en ligne de mire et qui n'hésite pas à remettre en cause les anciennes méthodes afin d'arriver à une composition plus précise de la future Équipe de France.

L'ancienne méthode de week-ends de recrutement est donc abandonnée au profit de l'observation du roller derby français par le staff, à la manière de "systèmes de sélection issus de sports au nombre de licenciés conséquent". 

Après un moment d'observation d'évènements majeurs du roller derby français, le staff (pour rappel composé de Slash Gordon, de Lo'Ravage et d'Arkham Fury) constituera un premier groupe de joueuses nommé "groupe A".

Ensuite jusqu'à décembre, les différents entraîneurs français pourront proposer au staff des noms de joueuses qui seraient passées au travers des mailles de la première détection. Ces joueuses, qui pourraient être sélectionnées sur vidéo, feront partie d'un deuxième groupe, appelé "groupe B" avec, éventuellement, un "groupe C", si le nombre de joueuses est conséquent.

Les joueuses expatriées ne seront pas en reste, étant donné qu'elles pourront intégrer l'équipe au regard de leur degré d'implication et de motivation.

A l'issue de ces observations, il y aura donc deux week-ends de détection le 20/21 et le 27/28 février prochain. L'objectif de ces week-ends sera d'arriver à un groupe restreint de 40 joueuses au maximum, qui seront conviées aux stages d'entraînement ultérieurs des 26 au 28 mars, 5­ au 8 mai et 14 au 17 juillet 2016.

Seulement durant ces stages, le staff de l'EDF a choisi de ne pas "fermer la porte pour inviter des joueuses qu' [ils auraient] détectées après les premiers week­ends de sélection afin de les tester".

Il y aura donc une "sélection progressive avec d’éventuelles arrivées et d’éventuels départs, afin de ne garder qu'un groupe de travail réduit, constitué des joueuses composant l’équipe pour la coupe du monde et d’éventuellement certaines joueuses qu’il semble intéressant de garder en préparation."

Plusieurs réflexions nous sont venues à la lecture de ce document.

Le staff de l'equipe de France est composé de personnes qui, pour des raisons diverses et variées, ne vont pas passer beaucoup de temps en France cette année ou vont avoir une vision restreinte du roller derby français (par exemple, Lo'Ravage sera sur les journée de tournoi de Nationale 1 et non pas d'Elite.). On peut alors se poser des questions sur la fiabilité du sytème d'observation.

A la décharge du staff, cette faille a été relevée dès le document fourni. Ils sont tout à fait conscient de la difficulté engendrée par ces absences inévitables pour eux et, soyeons-en sûrs, ils prendront des dispositions afin d'amoindrir une éventuelle sélection fondée davantage sur la réputation des joueuses plutôt que sur leur performances actuelles. Le nouveau staff possède déjà une connaissance assez forte du roller derby français pour ne pas faire cette erreur. L'idée d'inclure les entraîneurs dans le processus d'observation est, par ailleurs, une très bonne idée.

Il est très intéressant de proposer des méthodes de sélection différentes des autres pays phares dans le monde du roller derby. L'observation est ainsi mêlée aux "try outs" des stages de détections. Le staff actuel ne se voile pas la face aux difficultés inhérentes à cette méthode. Espérons qu'aucune joueuse ne passera entre les mailles du filet de la nouvelle équipe de France.

Il nous parait souhaitable d'avoir de plus amples détails sur la sélection de joueuses expatriées. Y aura-t-il un taux de présence minimum aux différents stages à la manière de ce qu'il se fait dans de nombreuses ligues françaises concernant les entraînements ? Le futur nous le dira sûrement.

On peut aussi se poser des questions sur l'absence d'un coach jammeuse spécifique dans le staff, et sur l'absence du tenant du poste lors de la dernière équipe.

Enfin, malgré l'instabilité que cela peut engendrer dans l'esprit des joueuses, il faut souligner la volonté de ne jamais figer la composition de la future équipe de France en se réservant la possibilité d'inclure ou d'exclure les joueuses à l'issue des différents stages. On  regrettera toutefois l'absence de dates butoirs fixes quand à la composition définitive de la future Équipe de France.

Comme il a été dit, de nombreuses questions restent en suspens après l'analyse de ce premier document. Mais face à l'honnêteté et à la grande motivation dans la volonté de changer les anciennes méthodes, nous ne pouvons qu'être curieux sur cette nouvelle équipe de France qui porte les espoirs d'un roller derby français sur le chemin de la future coupe du monde féminine.

Allez les bleues !


 

Partager ce reportage

a lire également

voir toutes les actualités

Commentaires


Vous devez être connecté pour pouvoir commenter les articles.

ou cliquez ici pour vous inscrire, c'est rapide et gratuit !