News

Arkham Fury: un français à Montréal

Arkham Fury: un français à Montréal

Arkham Fury, coach blockers de l'équipe de France féminine de roller derby, vient d'être nommé parmi les coachs des New Skids On The Block. L'occasion pour 5seconds.fr de revenir sur sa nomination ainsi que sur la nouvelle équipe de France. Entretien.

5seconds : Bonjour Arkham Fury. Tu es à Montréal depuis combien de temps ?
Arkham Fury : On est arrivé le 16 août, Barbara (Why So Sirius ?, ancienne joueuse des Rolling Candies d'Amiens et elle aussi fraîchement sélectionnée chez les New Skids On  The Block) et moi. 

L'idée de t'investir dans le MTLRD t'es venue tout de suite ou il t'a fallu du temps ?
Non, j'avais l'idée même avant de partir en fait.

Tu as pris le temps d'aller voir des matchs ou tu les as contacté directement ?
Disons qu'au début j'ai intégré l'équipe des gars et j'ai commencé à rencontrer un peu tout le roller derby montréalais! Barbara faisait le camp d'entraînement en même temps.

On est arrivé vraiment au moment de la off-season là-bas, donc pas de match, les équipes voyages (New Skids et Sexpos) s'entrainaient respectivement en préparant leurs grosses échéances  donc on avait pas vraiment de possibilité de les rencontrer ni d'assister aux entraînements aux débuts ! 

En gros j'avais contacté Plastik Patrik, un des coachs de la saison dernière pour lui demander s'ils avaient besoin d'un coup de main sur le coaching et si je pouvais occuper une place pour aider. Il était revenu vers moi juste après les Championships en me disant que lui ne reprendrait pas cette saison et que les New Skids allaient ouvrir un formulaire pour postuler en tant que coach.

Donc j'ai postulé pour être assistant coach (parce que j'avais beaucoup trop la frousse de me présenter en tant que head coach), à ce moment personne ne me connaissait, à part Jess Bandit qui est la coach de l'équipe des Mont Royals (équipe masculine) et Miracle Whips qui est coach jammer chez les Mont Royals aussi. 

Et donc tu as été pris ?
La semaine juste avant les élections j'ai été invité pour coacher un entraînement de la ligue et Miracle Whips et Scores Easy étaient venues un peu pour se renseigner (Scores Easy est la head coach de la ligue), elles m'ont posé quelques questions et on a discuté un peu de notre vision du sport autour du visionnage d'un match la soirée suivante. 

Quelques jours avant le résultat des élections j'ai reçu un mail de Mange moi El Cul qui me demandait si je voulais déplacer ma candidature en tant que que "coach". J'ai dit oui et j'ai donc été élu avec Rev (ancien coach des Sexpos, une autre équipe de la ligue) et Lina (la line-up).

Tu arrives avec des nouveautés, avec de nouvelles idées ?
L'équipe était en reconstruction la saison précédente et toutes les joueuses ne sont pas encore sur la même longueur d'onde.  Donc on a eu de longues discussions notamment avec Scores Easy pour définir le style de jeu que l'on voulait adopter pour la saison . On essaye d'innover le plus possible dans ce qu'on propose.

On a un comité coaching vraiment très investi alors on réfléchit beaucoup aux différentes solutions possibles. On va clairement essayer de développer "notre" jeu. 

Tu as déjà eu un entraînement avec elles ?

Oui on a commencé les entraînements début janvier. La nouvelle de ma nomination est vraiment officielle depuis lundi 15 février avec la sortie des photos mais on travaille déja depuis un mois et demi maintenant. 

Tu t'es bien intégré à la ligue ?
Je dirais que la plupart des joueuses m'ont accepté.  La relation de coach à équipe n'est pas évidente. J''arrive comme le petit nouveau, alors ce qui est sûr c'est que personne ne va me donner une confiance aveugle. Il faut en permanence que je sois performant et que je sois le plus investi possible. J'essaye d'être très à l'écoute de l'équipe et de répondre à leurs besoins. 

C'est particulier d'entraîner sa partenaire dans la vie ? 

Pas évident je dirais, il faut savoir faire la part des choses, et Why So Sirius ? est une joueuse comme une autre. C'est sûrement encore plus dur pour elle par extension, je me permets moins de choses avec elle qu'avec d'autres joueuses. C'est important que l'équipe comprenne que je suis impartial et je ne veux pas qu'on puisse me reprocher ça un jour. Mais c'est quelque chose qu'on avait déja expérimenté chez les Rolling Candies pendant deux ans. 

Après six mois d'observation, quelles sont les principales différences entre une ligue française et une ligue nord américaine ?

Le niveau global. Elles ont l'avantage de l'expérience souvent alors il y a beaucoup de choses qu'elles maîtrisent beaucoup mieux qu'en France. On travaille vraiment sur un niveau de précision que je n'ai encore jamais aperçu en France. Mais je suis sûr que c'est atteignable. La difficulté réside surtout dans le fait de pouvoir garder certaines joueuses sur le long terme. Si on regarde les grosses équipes mondiales ce sont des équipes qui conservent un collectif et un coach pendant au moins 3 ou 4 ans. 

Après, les équipes ont des très bons sponsors et les matchs des équipes locales font salle comble avec à peu près 1000 personnes à chaque fois. 

Il faut une équipe française qui puisse faire les championnats WFTDA

Tu vas rapporter des choses pour l'équipe de France ?
Oh oui ! Principalement la précision de jeu. On a le gros avantage d'être un petit pays et en étant au Canada, je me rends compte que les équipes nationales ici sont très difficiles à développer. Pour les bloqueuses, il y a des lignes de l'est et des lignes de l'ouest du pays ! Il faut profiter de notre avantage, c'est un très gros atout. Mais après il faut qu'on arrive à élever le niveau de jeu global et je pense que ça passe également par le fait d'avoir une équipe présente régulièrement sur les championnats WFTDA, alors j'espère que la team des coachs de l'équipe de France arrivera à faciliter ça.

Justement, comment on fait pour coacher la nouvelle équipe de France, pour lancer une nouvelle dynamique quand on vit à 5500 kilomètres de la France ?
J'ai la chance d'être avec Lo' Ravage et Slash Gordon qui sont vraiment formidables. C'était un peu compliqué de communiquer quand Slash était en Asie, ne serait-ce que pour trouver un créneau horaire. Mais je pense qu'on a tous les trois des expériences très différentes qui vont bien servir ce collectif. De mon côté, je pense que j'essaye d'être le plus présent possible dans la préparation, dans la définition du jeu et du déroulement des stages de préparation. Je serai présent sur le premier stage collectif en mars. 

Est-ce que le fait d'avoir des coachs qui ne sont pas en France (Slash Gordon et toi) suggère que l'équipe de France va s'ouvrir davantage aux joueuses n'évoluant pas en France ?
Je ne sais pas, j'espère. Le budget est toujours un problème quand il s'agit de préparer une équipe nationale et d'intégrer des joueuses expatriées, mais ce sera notre travail de développer des outils qui faciliteront l'intégration de ces joueuses. 

Un message à faire passer pour celles et ceux qui sont restés au pays ?
Je fais un gros bisous à toutes les Candies et je suis très fier de tout ce que fait l'équipe.

Je suis pas mal les championnats et j'ai vraiment l'impression que ca permet de faire monter le niveau. Et je dirais qu'il ne faut pas lâcher et continuer à essayer de développer le jeu , soyez inventives, essayez, échouez, il y a encore beaucoup de place dans ce sport pour l'innovation. Il y a de belles choses à faire !

Merci Arkham Fury et à bientôt.
Merci à vous. 

-
Crédit photo: 
Charlotte Lacoursière - Images

Partager ce reportage

a lire également

voir toutes les actualités

Commentaires


Vous devez être connecté pour pouvoir commenter les articles.

ou cliquez ici pour vous inscrire, c'est rapide et gratuit !