Derby life

Il était une fois, les équipes régionales

Il était une fois, les équipes régionales

Pour les nostalgiques, les curieux et les nouveaux ; voici la petite histoire des équipes régionales depuis l'arrivée du roller derby en France jusqu'à nos jours. Récit dont les pages n'ont pas finies de se remplir...

Celles et ceux qui ont connu les débuts du roller derby pourront en témoigner : nombreuses étaient les joueuses parcourant la France entière pour faire des bootcamps, obtenir leurs minimum skills et avoir la possibilité de faire des scrimmages à défaut de pouvoir porter les couleurs de leur équipe, faute de roster complet. Peu de villes peuvent se targuer d'avoir toujours eu suffisamment de joueuses pour faire des matchs et aujourd'hui encore, cette situation se rencontre dans certaines ligues. La création des équipes régionales est venue en grande partie de la volonté de fédérer les joueuses prêtent à en découdre pour jouer des matchs.

Peu de villes peuvent se targuer d'avoir toujours eu suffisamment de joueuses pour faire des matchs

En plus d'offrir une opportunité de jeu, ces formations régionales ont l'avantage de favoriser les rencontres avec d'autres équipes et de créer des liens, d'échanger et de partager autour de la pratique du roller derby, tout en augmentant le niveau des joueuses (et des ligues par extension). Le tout dans une ambiance généralement détendue, car si les victoires font toujours plaisir, l'objectif n'est pas là puisque ces équipes ne sont pas rankées officiellement dans les classements.

Les équipes

Ce fut le cas en 2012 de la team Normandy, à l'origine association des Veuves Noires de Rouen et des Leopard Avengers de Caen à laquelle se sont ajoutées les Burning Mussels du Havre, et de l'équipe des Centrifugeuses qui a rassemblé les joueuses d'Eure-et-Loire, les Simones d'Orléans, les Furies de Bourges et les Silly Geez de Tours jusqu'à récemment. Les deux équipes ont subi des modifications en cours de route, accueillant des joueuses d'équipes naissantes ou traversant des périodes creuses. L'équipe des Track'Ass women a d'ailleurs comblé l'absence des Centrifugeuses sur le track pendant un temps, profitant des déplacements de l'équipe masculine du même nom, pour affronter les équipes locales à l'occasion de double-headers.

l'idée était de permettre aux meilleures joueuses volontaires et disponibles (...)  d'affronter les meilleures équipes françaises de l'époque

En revanche, l'existence de la Just6 league regroupant des protagonistes du Limousin et de Poitou-Charente est toujours d'actualité. Pour cette dernière, dont la création est plus récente puisqu'elle date de 2014, l'objectif est de favoriser le développement du roller derby en mettant les connaissances et moyens en commun de tous : joueuses, mais aussi coachs et arbitres.

Concernant la team Brittany, dont l'idée a germé fin 2011 à l'issue d'un match opposant les Duchesses et les Déferlantes, l'idée était de permettre aux meilleures joueuses volontaires et disponibles de Brest, Lorient, Rennes et Nantes d'affronter les meilleures équipes françaises de l'époque. Le nombre de joueuses des quatre ligues réunies a même permis la création d'une équipe B, donnant l'opportunité à toutes d'évoluer ensemble.

la difficulté réside dans le fait de trouver des créneaux d'entraînements communs

Si le postulat de départ est intéressant dans la mesure où il permet à des joueuses de faire leurs armes sur un track et au sein d'une équipe avec une sélection relativement constante, la difficulté réside dans le fait de trouver des créneaux d'entraînements communs et oblige à des déplacements réguliers parfois contraignants en terme de distance. Ce sont d'ailleurs ces problématiques qui ont précipité la chute de certaines équipes régionales. D'autres ont vu leur dissolution prononcée car les équipes impliquées ont pris de l'ampleur, ainsi que le calendrier des matchs, ne justifiant plus leur existence. On peut ainsi citer en plus des teams Brittany et Normandy, la team Nord-Pas-de-Cadeaux qui regroupait diverses équipes du Nord (Rolling Candies d'Amiens, Lille Roller Girls, The Switchblade Rollergrrrls, The Infamous Rooligans, The Black Tagada, Les Purples Reines et The Ladies Derbiiitch) et dont la dissolution date de 2015.

Toutefois, l'équipe des Sales Gosses fait figure d'exception en France. Créée en décembre 2013 par des joueuses de Grenoble et Thonon, cette équipe est composée des différentes ligues des régions Rhône-Alpes et Auvergne (Cannibal Marmots de Grenoble, Chambér'Hyènes de Chambéry, Taxider'Biches de Thonon, Green Harpies de Saint Etienne, L.A.R.D. et Grriottes Grirrls de Lyon, Crimininals Nurses d'Aubenas, et Red Valentines de Valence, Brütales Deluxe d'Annecy et Auver'Niaks de Clermont-Ferrand). Les valeurs sportives et leur vision de l'esprit roller derby (bonne humeur, respect et plaisir) sont les fondements principaux et essentiels des Sales Gosses. Bénéficiant d'une réputation fidèle à leurs noms, les Sales Gosses ne sont pourtant pas si indisciplinées, en témoigne leur honorable place pour une équipe recomposée, dans le classement européen Flat Track (122ème début juille 2016).

Et la suite ?

En dehors de la Just6 league et des Sales gosses, ces anciennes équipes régionales sont désormais absentes du paysage français et si pour certaines leur dissolution claire et nette a été prononcée, d'autres évoquent la possibilité d'un éventuel retour, pour le plaisir de se retrouver et de jouer à nouveau ensemble.

En attendant, les Unnamed Bitches et Basterds ont pris le relais dans un format encore un peu différent puisque la composition des équipes varient d'un match à l'autre, associant des joueuses et joueurs des quatre coins de la France, et ne nécessitant aucun entraînement commun au préalable.

Partager ce reportage

Commentaires


Vous devez être connecté pour pouvoir commenter les articles.

ou cliquez ici pour vous inscrire, c'est rapide et gratuit !